L’abstinence sexuelle est-elle la clé pour vivre vieux ?

Les réalités d’une longue vie peuvent être vues sous plusieurs angles selon que l’individu ait fait une expérience d’abstinence ou non.

Ce qui est certain, il existe des facteurs connus ou inconnus qui permettent de vivre longtemps.

Les motifs d’abstinence sexuelle en faveur de la longévité

Un habitant de Hong Kong de 107 ans, a au cours de son anniversaire déclaré que sa longévité serait due à son abstinence sexuelle de plus de 80 ans.

L’abstinence sexuelle est-elle la clé pour vivre vieux

À cette déclaration, on peut se poser la question : Y-a t-il une sexualité particulière à l’âge avancé ? En effet, après la mort de sa femme au cours de la seconde guerre mondiale, il ne s’est plus remarié.

Pour lui, plus vous vous abstenez du sexe plus vous avez de chance de vivre longtemps.

Le même argument a été avancé par une veuve d’Angleterre du nom de Clara Meadmore.

Alors âgée de 105 ans, elle affirme n’avoir jamais eu de relation sexuelle et elle n’est même pas intéressée.

La raison qu’elle avance est qu’une vie de couple est une relation d’embêtements.

Elle conclut qu’en dehors des exigences de mariage et des actes sexuels, elle se sent mieux et sa santé en a bénéficié.

Le célibat, c’est-à-dire la vie d’abstinence est un facteur de longévité.

Comme ces deux personnes, d’autres ont tenu le même raisonnement pour soutenir les causes de leur longévité.

Cependant, leurs assurances n’ont pas une base scientifique pour être reconnues de façon universelle.

Ce ne sont que des constats individuels.

La longévité serait liée à une activité sexuelle intense

La sexualité a beaucoup d’atouts en dehors de sa vocation de la reproduction et du bien-être.

En effet, de nombreuses études basées sur des données quantitatives et qualitatives ont prouvé ces dix dernières années que les rapports sexuels réguliers permettent d’avoir une longue vie.

David Weeks, un éminent neuropsychologue a fait une étude sur 3 500 personnes en 2007.

Il ressort que les hommes comme les femmes âgées de 18 à 102 ans avaient des activités sexuelles intenses et une bonne santé physique.

À la fin des études, le chercheur a conclu que les deux facteurs identifiés sur l’échantillon avaient pour rôle de prolonger la durée de vie.

Le docteur affirme donc que cette connaissance nouvelle est une solution moins coûteuse pour l’homme en quête de la longévité.

Il a même poussé les études loin pour identifier la fréquence de rapport sexuel qui doit garantir la longévité.

Selon ses prévisions, 12 coïts mensuels augmenteraient d’une dizaine d’années l’espérance de vie de l’homme.

En apportant des précisions, les études ont démontré que ce sont les effets combinés de deux hormones qui sont à la base d’une vie longue issue de la sexualité fréquente.

Il s’agit de l’ocytocine et des endorphines.

Ces deux calmants naturels éliminent le stress, l’anxiété, les tensions et améliorent la qualité du sommeil.

Mieux, ils combattent un état dépressif.

En définitive, à force de produire ces hormones fréquemment par les rapports sexuels, elles prolongent la vie.

Vivre longtemps dépend d’autres facteurs autres que le sexe

En considérant les expériences individuelles des personnes qui ont un mode de vie d’abstinence, et les études prouvées sur un échantillon qui prolonge sa vie grâce aux actes sexuels, on peut poser l’hypothèse qu’il y a d’autres facteurs qui influencent la longévité.

Cependant, on ne saurait préciser ces facteurs, car ils n’apparaissent pas clairement au niveau des personnes qui vivent longtemps sans sexe.

Conclusion

L’abstinence peut permettre de vivre vieux, mais il faut identifier les mobiles qui soutiennent cet argument afin de ne pas la considérer comme une vérité universelle alors qu’elle n’est pas scientifiquement établie.


Articles connexes :

Comment en finir avec les crises d’angoisse avec la méthode TIPI?

Comment détendre le diaphragme chez la personne âgée ?